>[Fil de discussion]

>[Nos actualités]

>[Carnets de lecture]

>[Débat]

>[Courrier]

>[Liens]

>[Archives]

 

 

Activités 2017-2018

 


Maintenant disponible aux Éditions du Gifric

Un avenir pour le psychotique

[commander]

Le film "Le 388"

Réalisation et production:

Anne-Laure Teichet

En lice pour le meilleur premier documentaire au Festival des Rendez-vous du Cinéma québécois 2009

Dernier numéro
du Fonds pour la recherche et le traitement psychanalytique des psychoses

[télécharger]

Projet de restructuration des marchés régionaux en Haïti


Dans notre librairie

Chez d'autres éditeurs


After Lacan
Clinical Practice
and the Subject of the Unconscious
Willy Apollon
Danielle Bergeron
Lucie Cantin
2002 - 198 p.
Suny Press

 


 

La crise grecque, qui était en fait une crise européenne, comme viennent de le confirmer les dernières élections en France, le surgissement de l’État Islamique, la crise dite économique de 2008, et bien d’autres événements auraient dû nous alerter. Ces événements, comme le plus récent d’entre eux, l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, sont considérés et souvent traités par les médias d’abord comme des événements nationaux: pourtant ils ont une portée mondiale touchant le devenir de l’humain sur cette planète. Les signes sont là sous nos yeux, en quelque sorte depuis le passage du capitalisme du stade de l’internationalisation industrielle à celui de la globalisation financière à la fin des années 80. Ce passage entraînait avec lui une contradiction au sein de l’économie capitaliste que le développement technologique, qui soutient cette globalisation, loin d’aider à la résoudre, n’a fait qu’approfondir. Une nouvelle étape de cette évolution s’est amorcée avec l’informatisation des sciences et des technologies promouvant l’intelligence artificielle et ses nouvelles possibilités et qui touche cette fois aux croyances profondes qui "formattent" les sensibilités individuelles depuis des siècles. Le transfert aux machines et aux robots des capacités et des activités humaines représente une véritable mutation qui met au premier plan, pour certains milieux intellectuels, le concept très occidental du "posthumain". Et ce, sans compter la concomitance d’une dimension décisive qui subvertit le lien social dans toutes les nations, où les catastrophes naturelles qui accompagnent le réchauffement global vont modifier dramatiquement les conditions de coexistence et de solidarité des populations et des nations pour le meilleur ou pour le pire. Le psychanalyste sur les sentiers ouverts par le philosophe s’inquiète et s’enthousiasme du sort de la "chose" humaine qui s’engage dans cette mutation.

En fait, à notre insu, puisque nous regardions ailleurs, un nouveau monde a surgi, structurant déjà d’une manière irréversible le statut et le devenir de l’humain sur cette planète. Aucun retour en arrière n’est possible. Dans les trente à quarante prochaines années, le monde dans lequel va vivre la génération des 20-45 ans verra les trois quarts de la population mondiale vivre dans quelques cent-cinquante à deux cents grandes villes de plusieurs dizaines de millions d’habitants. Il y aura probablement deux milliards d’êtres humains de plus avec quelques 600 à 800 000 réfugiés. L’espérance de vie sera passée à 120 et peut-être 140 ans, en attendant que la science et la technologie vainquent la plupart des maladies mortelles et la vieillesse. À cause de la coexistence inévitable de cinq ou six civilisations dans ces grandes mégapoles, les confrontations de civilisations et de cultures, auxquelles nous commençons à peine à assister aujourd’hui, auront profondément bouleversé nos conceptions de la morale et de l’éthique sur lesquelles reposent encore les pratiques politiques et les rapports sociaux. L’État de droit devra être reconsidéré tout comme l’égalité entre tous les citoyens indépendamment de leur sexe, leur couleur, leur religion ou leur choix idéologique ou politique. Ce que nous appelons encore l’État, son pouvoir et son autorité seront pris entre ceux des mégapoles et ceux des corporations. Dans la tête et dans le cœur de cette génération des 20-45, et à leur insu, cette mutation est déjà commencée sans aucune possibilité ni de revenir en arrière ni d’imaginer quelle forme prendra ce qui est désormais à venir. Les aînés et ceux qui avec eux pensent dans les critères du passé, obsédés par les enjeux économiques, tout comme les politiciens préoccupés davantage par la conquête du pouvoir que par le souci de ce qui déjà nous arrive sont en fait objectivement un obstacle dans leur volonté d’orienter l’avenir. Les solidarités à venir que commande le souci de l’humain, et qui sont nécessaires au devenir des nations et au maintien de ce qui sera demain encore des valeurs de civilisations, ne font pas encore l’objet de leurs préoccupations ni des nôtres. Nous ne ressentons pas encore le besoin de savoir ce que chaque civilisation aura apporté d’utile et de nécessaire à l’humanité pour cette nouvelle étape, avant de disparaître.

Nos réflexions et nos discussions cette année seront marquées par le souci d’identifier et de faire face à ce qui est déjà là. Pouvons-nous tenter de comprendre ce qui se défait pour mieux cerner et investir ce qui est en marche? Des civilisations et des cultures ont disparu dans le passé, mais pas sans avoir légué à l’humanité ce qui était nécessaire pour continuer son évolution vers ‘on ne sait quoi’ encore à venir. Nous faisons partie des quatre ou cinq générations qui ont la responsabilité de gérer la transition vers cet innommé dans nos sociétés. On critique les politiciens et le système financier, on croit constater un échec des gauches comme des droites et on se plaint d’une montée des extrêmes droites et du radicalisme de droite comme de gauche. On a perdu des repères et des balises quant à la moralité publique où la rectitude politique soutenue par la critique médiatique offre des compensations mouvantes. Le concept d’éthique s’est tellement éloigné de son sens premier qu’il est devenu inopérant. La critique du présent nous rend aveugles en regard de l’avenir qui a déjà commencé à compromettre les objectifs et les enjeux de ce présent. Mais la caractéristique des transitions où les nouveautés qui ne sont que des modes passagères disparaissent sans laisser de traces, c’est que des tendances fortes s’inscrivent en modifiant les sensibilités des nouvelles générations, produisant de nouveaux mythes pour accréditer de nouvelles esthétiques où se justifient de nouvelles exigences éthiques. Nous allons nous concentrer sur ces événements où le devenir de l’humain en nous et dans nos sociétés devient la seule balise éthique encore croyable.

Willy Apollon, septembre 2017
 

Coût pour les 5 conférences

250$
 

Québec

18 octobre 2017
20 décembre 2017
14 février 2018
9 mai 2018
6 juin 2018

ENAP
555 boulevard Charest est
Local 4114
Chaque soirée débute à 19h30

Informations
Denis Morin
Téléphone: 418.687.4350

em@il: publications@gifric.com


Inscription - Québec

en ligne

par la poste


(Format PDF)

 

Montréal
3 novembre 2017
8 décembre 2017
13 avil 2018
4 mai 2018
16 juin 2018

Conseil des arts de Montréal
Édifice Gaston Miron
1210, rue Sherbrooke est
Salle de conférence
Chaque soirée débute à 19hrs

Informations
Danielle Bernier
Téléphone: 514.843.1863
courriel: gifric.mtl@videotron.ca


Inscription - Montréal

en ligne

par la poste


(Format PDF)

 

 

   


   

 

 

 

 
     


Groupe interdisciplinaire freudien de recherche et d'intervention clinique et culturelle

342, boul. René-Lévesque ouest,Québec, Qc, Canada,G1S 1R9