3ème année
La Clinique du rêve

 

1ère année
Objectifs de l'analyse et clinique des concepts psychanalytiques

2ème année
Objectifs de l'analyse et clinique des concepts psychanalytiques

3ème année
Clinique du rêve

4ème année
Clinique du symptôme

5ème année
Clinique du fantasme

6ème année
Stratégies cliniques
dans les différents
structures psychiques

Calendrier

Informations


Le rêve dont il est ici question se produit dans une situation particulière, il est profondément différent du rêve dans la vie courante. Le contexte du rêve ici est l'expérience psychanalytique à laquelle un sujet accepte de se soumettre pendant quelques années. Dans ce cadre psychanalytique le rêve est une adresse dans la structure créée par le transfert qui offre au hors-langage un espace pour une parole.

Première session

La nature du rêve : pourquoi un rêve?

C’est le transfert comme tel qui rend possible la spécificité du rêve dans l’expérience psychanalytique. Le transfert subvertit la structure de l’adresse pour que l’analysant assume sa position de sujet qui prend le risque d’une parole. L’accès pour l’analysant, du fait du transfert, à ce qui en lui était hors langage, mais très actif dans son quotidien, tout en étant inaccessible à l’autre, déclenche un ensemble d’événements inédits, dont le rêve. La structure particulière du rêve permet de saisir, surtout en début d’analyse, ce qui est en jeu dans certaines difficultés que confronte l’analysant.
Deuxième session

La logique clinique d'apparition du rêve

Le rêve apparaît dans une certaine logique clinique. Il vient dans la structure de l’adresse que le transfert a subvertie. Dans cette structure l’analyste ne tient pas la place de l’Autre que la culture requiert à l’accueil de ce que le sujet prendrait le risque de dire. Il n’est pas non plus l’Autre que calcule l’analysant. Son écoute culturellement neutre du fait de son rapport au hors-langage est en soi un acte. Ce qui ne peut pas se dire dans la séance qu’ordonne son acte rompt l’ordinaire de la vie de l’analysant dans un acte insensé dont le rêve témoigne.

Troisième session

Le rêve répétitif et le symptôme

Le hors-sens qui se révèle au cœur du rêve, renvoie à cette règle qui traverse l’existence de l’être parlant dont la vie trouve son sens dans la structure même de l’adresse : ce qui ne peut pas passer par le langage passera dans un acte. La parole qui subvertit les limites du recevable, à défaut supposé ou réel d’un accueil, laisse place à l’acte pour le meilleur ou pour le pire. L’esthétique ou la violence en témoignent. Un acte est en jeu dans le rêve où est suspendu une part de l’être même du sujet, entre deux séances où le transfert est actif. Sans le risque d’une parole qui fait voie à l’impropre au dire, le symptôme reste le sort de ce qui se répète dans l’acte insensé.

Quatrième session

Le rêve: une parole à libérer
et ses implications éthiques

Dans l’espace offert par le transfert dans la structure de l’adresse pour ce qui reste hors-langage, le risque de la parole que prend le sujet est une position éthique. Ce risque concerne autant ce qui de sa vie de tous les jours en sera subverti que les conséquences pour ceux qui sont liés de quelque façon que ce soit à sa quotidienneté. Le rêve marque le lien structurel de cette éthique au risque de dire et à l’impropre au dire qui ouvre sur l’inconscient.

 


Groupe interdisciplinaire freudien de recherche et d'intervention clinique et culturelle

342, boul. René-Lévesque ouest,Québec, Qc, Canada,G1S 1R9